Conseiller politique de Groupe parlementaire – Parlement européen

Greens_GMO

Greens-EFA debate on GMOs

Le métier de conseiller politique (policy adviser) de Groupe au Parlement européen est à la fois très technique et éminemment politique. Il varie selon les groupes politiques. Le conseiller politique est rattaché à une commission parlementaire spécifique, même s’il existe des cas de conseillers transversaux, couvrant plusieurs commissions. Placé sous l’autorité politique du coordinateur de Groupe, le conseiller politique s’assure de la cohérence politique des lignes adoptées. Il apporte son expertise au Groupe politique.

Activités principales

  • Assister les élus et répondre à leurs questions sur des sujets pour lesquels le conseiller dispose d’une expertise;
  • Préparer des briefings pour le Président du Groupe et les députés;
  • Contribuer à définir une position commune du Groupe (préparation de briefings, organisation de réunions entre les députés);
  • Créer des liens avec les acteurs extérieurs au Parlement européen (ONG, associations, think tanks, professionnels du secteur d’expertise, universitaires, etc.);
  • Permettre aux députés du Groupe d’acquérir une expertise sur des thématiques précises (organisation de rencontres avec des spécialistes).

Compétences requises

  • Qualités organisationnelles;
  • Compréhension rapide et globale des enjeux;
  • Connaissance du système institutionnel et décisionnel européen;
  • Capacités rédactionnelles et de synthèse.

Qualifications/Critères d’admission

Il n’existe aucune règle quant aux conditions d’accès au poste de conseiller politique de Groupe parlementaire. Les conseillers politiques s’appuient généralement sur un cursus universitaire complet (master, thèse de doctorat), qui ne doit cependant pas nécessairement porter sur les affaires européennes. Certains recrutements sont justifiés par une expertise particulière sur un sujet donné; d’autres postes nécessitent plutôt des profils généralistes. Le «réseau» joue beaucoup dans le recrutement : la plupart des conseillers politiques se signalent par un engagement politique et/ou militant préalable. Qu’elles soient formelles (vacances de postes) ou informelles, les procédures de recrutement débouchent généralement sur une première embauche en tant que contractuel, pour une durée maximale de 6 ans. Sur concours, les agents contractuels peuvent devenir agents temporaires ou fonctionnaires. Les postes de conseilleurs politiques restent toutefois soumis aux aléas électoraux. Après une sévère défaite électorale, par exemple, il est possible que le nombre de députés d’un parti national diminue sensiblement, et donc que le nombre de conseillers de cette délégation s’ajuste en conséquence.

Bon à savoir 

Différents groupes de travail (working groups) sont mis en place par les groupes politiques. Pour une meilleure organisation de leurs travaux, un coordinateur est désigné parmi les députés européens du groupe politique concerné. Le conseiller politique est le bras droit de ce député. Ils travaillent ensemble au quotidien avec les assistants et stagiaires attachés à la commission pour laquelle ils ont été désignés.

Stages

Pour effectuer un stage auprès d’un conseiller politique d’un groupe parlementaire, il faut candidater par une procédure en ligne disponible sur le site officiel du groupe concerné.

Rémunération 

Les concours généraux sont généralement organisés pour des grades qui s’échelonnent d’AD5 à AD8, AST/SC et AST 3. Les grades sont indiqués dans l’avis du concours. Un conseiller politique débute au niveau «AD 5».

Il faut ajouter au salaire des administrateurs un coefficient spécifique selon le pays (100% à Bruxelles, 113% à Paris) calculé en fonction du coût de la vie sur place, ainsi que des indemnités d’expatriation correspondant à environ 12% du salaire.

Les salaires varient en fonction du grade, selon un barème pré-établi (voir en introduction). Ce barème ne concerne pas les conseillers politiques employés comme contractuels.

Témoignage: Gaëlle Krikorian – Conseillère politique pour le groupe des eurodéputés Verts/ALE

Après un DEA de géomorphologie et de sociologie, Gaëlle Krikorian effectue une thèse de sociologie. Elle s’investit dans la lutte contre le sida et crée un groupe de travail au sein du parti français «Europe Ecologie Les Verts» sur les questions d’accès aux savoirs. Les liens qu’elle a développés avec les élus locaux et européens lui permettent de rejoindre le Groupe des Verts/ALE au Parlement européen. Sur son rôle au sein du groupe politique, elle explique : «je collabore à la fois avec les députés et leurs équipes qui sont sur les rapports [et] avec le conseiller du groupe qui va suivre ça [et] je fais le lien avec les acteurs à l’extérieur qui vont nourrir notre boulot, qu’on va pouvoir interroger sur les sujets».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :