Conseiller d’un Directeur Général du Secrétariat Général du Parlement européen – Parlement européen

Laura SHIELDS

Joint INTA-LIBE Public Hearing on Trade agreements and data flows: Safeguarding the EU data protection standards

Le conseiller d’un Directeur général du Secrétariat général du Parlement européen a pour mission de coordonner les travaux législatifs et d’organiser les séances du Parlement (plénières ou commissions). Il contribue également à assurer une assistance technique et d’expertise aux organes parlementaires et aux députés dans l’exercice de leur mandat.

Activités principales

  • Aide à la coordination des services du Parlement européen (Président du Parlement, Bureau, organes politiques, députés);
  • Suivi quotidien des dossiers de la Direction générale (réponse aux courriers du Président, émission de rapports et avis);
  • Suivi de dossiers stratégiques (définition des objectifs de la Direction générale pour les années à venir, mise en place de méthodes de travail);
  • Assurer le bon déroulement des travaux parlementaires sous la direction du Président et du Bureau.

Compétences requises

  • Sensibilité aux enjeux politiques et institutionnels;
  • Maîtrise parfaite des relations interinstitutionnelles et la structure générale des institutions de l’Union;
  • Capacités rédactionnelles et de synthèse;
  • Faculté de travailler dans des délais très resserrés.

Qualifications/Critères d’admission

  • Maîtrise d’au moins deux langues officielles de l’Union européenne (dont l’une doit obligatoirement être l’anglais, le français ou l’allemand);
  • Diplôme universitaire de science politique, droit ou relations internationales;
  • Procédure de recrutement : essentiellement par la voie des concours EPSO.

Conditions à remplir

  • Être ressortissant d’un État membre de l’Union européenne;
  • Avoir accompli ses obligations militaires;
  • Être physiquement apte à remplir ses fonctions;
  • Fournir les garanties de moralité requises.

Bon à savoir 

Le fonctionnaire européen passe trois ans à chacun de ses trois premiers postes. Après neuf ans d’ancienneté, le changement d’emploi s’effectue tous les sept ans. La mobilité peut s’effectuer au sein de la même unité, dans la même institution, mais également entre institutions. Elle est obligatoire et vise à optimiser le travail des fonctionnaires en les rendant plus polyvalents. Au Parlement européen, hormis les postes à dimension politique, la décision d’affectation d’un administrateur appartient au Secrétaire Général, sur proposition du Directeur Général.

Stages

Voir description des procédures officielle et non-officielle.

Rémunération

Selon barème.

Évolutions et tendances du poste

Les conseillers des directeurs généraux du Secrétariat général du Parlement européen doivent faire face à des sollicitations très nombreuses, en raison notamment du renforcement du poids du Parlement européen depuis l’entrée en vigueur du traité de Lisbonne. Par ailleurs, l’élargissement de l’Union européenne a complexifié la gestion quotidienne des affaires du Parlement, d’autant qu’un multilinguisme intégral doit être assuré lors des séances plénières et dans les commissions.

Témoignage: Julien Crampes – Conseiller auprès du Directeur Général des Politiques externes du Secrétariat Général du Parlement européen

Après une licence en ‘Politics’ à Bristol, puis un master en Relations internationales à Sciences-Po, Julien Crampes été reçu au concours d’administrateur généraliste en 2010. Pour son premier poste au Parlement européen, il a été affecté à un département thématique de la DG ExPo (Politiques extérieures), en charge de la Russie et du Partenariat oriental. «Je suis à présent conseiller du Directeur Général ; mon travail consiste principalement à coordonner les activités des organes politiques en lien avec les politiques externes de l’Union. Il s’agit des commissions parlementaires AFET, DROI, SEDE, INTA et DEVE (respectivement Affaires étrangères, Droits de l’Homme, Sécurité et défense, Commerce international, et Développement), des délégations interparlementaires, des assemblées multilatérales, ainsi que du Groupe de soutien à la démocratie et de coordination des élections. Par ailleurs, le Parlement européen proposant des cours de langue en fonction des besoins des services, il a pu apprendre «l’espagnol et le russe, en plus de l’anglais et de l’allemand qu’[il] pratiquai[t] déjà». Il ajoute : «Lorsque j’ai passé le concours EPSO, l’un des atouts de mon profil était d’avoir réalisé de nombreux stages durant mes études, notamment à la délégation de l’Union auprès des Nations Unies ou encore à la DG «Élargissement» de la Commission. Si je devais donner un conseil aux étudiants français qui souhaitent travailler dans les institutions européennes, ce serait de ne surtout pas négliger les expériences hors curriculum, dans lesquelles on puisse démontrer que l’on a eu de réelles responsabilités.»

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :